BBIG | Eye Like

BBIG

Kids

Biographie

“Après m’être qualifié comme opticien et optométriste, j’ai repris l’affaire de mon père en 1996. La première chose que j’y ai faite a été de remettre à jour la boutique. Mon père voulait y faire des affaires avec toutes les marques possibles et a eu plus de trente marques représentées dans son magasin. Ce n’était pas mon ambition. Je ne voulais avoir qu’une petite quantité de marques disponibles. Cependant, je n’ai pas opté pour les marques élégantes habituelles telles que Gucci ou Rodenstock mais plutôt pour des marques de réels créateurs. En prenant une telle décision, je ciblais automatiquement un certain groupe de personnes : des personnes ayant besoins de lunettes mais pouvant aussi avoir des enfants qui en ont besoin également, des lunettes élégantes…
Du temps à passé et la balle a commencé à rouler. D’autres opticiens avaient entendu que j’avais des montures optiques séduisantes pour enfants et voulaient savoir si l’on pouvait les acheter chez moi. Au début, je leur ai dit que cela n’était pas possible, mais après avoir reçu vingt-cinq appels d’opticiens différents qui me posaient tous la même question j’ai commencé à reconsidérer. C’est alors que j’ai passé commande pour des stocks plus importants et qu’il a fallu que j’embauche quelqu’un pour faire la route à ma place et aller récupérer les colis. C’était en Août 2000 et j’ai commencé à vendre mes montures. Je m’estimais heureux, j’aimais à penser que je pourrais peut-être essayer d’ouvrir quinze à vingt points de vente d’ici la fin de l’année. Je me suis retrouvé avec trente-cinq points de vente.”

Design

“Les lunettes doivent avoir une monture attrayante, pas une monture de base couverte par l’assurance maladie ou de l’une de la gamme Walt Disney.” Juste les verres de qualité et des enfants élégants ou, en d’autres termes, des lunettes pour les enfants qui ont l’air d’âge mûr.
A l’époque c’était difficile à trouver. Jusqu’à ce que j’aille à une exposition à Paris et que je tombe sur un fabricant français. Il n’avait pas de montures optiques dans ce genre non plus mais était intéressé par mon histoire. “Dites moi ce que vous désirez”, dit-il. C’est ce que je fis. C’était en Octobre 1999, en janvier de l’année suivante les montures sont arrivées. Je me suis alors rapproché de toutes les personnes qui m’avaient déjà demandé des montures pour leurs enfants, aini que les personnes dans ma base de données clients qui étaient susceptibles d’avoir des enfants. A peine un mois après et je reprenais rendez-vous avec mon contact français. Je devais passer de nouvelles commandes pour toutes les montures optiques et avait également conçu six nouvelles montures.”
 


“Les enfants voient grand – BBiG !”

 


 

Nos opticiens dispensent
leurs services partout en France.